FR | EN
  • Assemblé dfgg à lomé
  • Le Père Firmin au Liberia avec ses paroissiens
  • 120e Aniverssaire de l'arrivé de la SMA à Accra
 
Vocation
Devenir SMA Vous aimeriez participer à la mission de la Société des Missions Af...

Lire

Homélie
L’essentiel de la pratique authentique de la religion HOMELIE DU 31e DIMANCHE DU TEMPS ORDINAI...

Lire

Faire un Don!
Faire un Don!

Merci


Fil Info:


Une parenté au-delà du lien sanguin
21 Novembre 2018

Une parenté au-delà du lien sanguin

Homélie du mercredi de la 33e semaine du temps ordinaire : Année B

 

« …celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » 

La polémique des siècles entre certains de nos frères séparés qui appartiennent aux autres dénominations chrétiennes et nous les Catholiques s’est très souvent articulée autour de deux points essentiels ; soit au sujet de la Sainte Vierge Marie, la Mère de Dieu ou alors sur la parenté biologique de Jésus. Et c’est du second point de débat entre Evangéliques et Catholiques que la page de l’évangile de ce jour aborde. En effet, il est question ici de savoir qui est parenté à Jésus ? Ou alors, Jésus aurait-il des frères et des sœurs provenant eux aussi des entrailles de la Vierge Marie ?

Ici, dans cette page de l’évangile, il est à comprendre que le personnage anonyme ici présenté avec les propos suivants : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler », essaie d’attacher une parenté biologique au Christ ; ce d’ailleurs sur quoi nos frères séparés se basent pour jeter du discrédit sur la virginité de Marie avant, pendant et après la naissance de Jésus. Mais pour ceux qui lisent bien la sainte Bible et qui ne la lisent pas de travers comprendrons qu’ici, nous sommes en train de lire l’évangile de Saint Mathieu et dans la tradition juive, les mots comme ‘cousin, cousine, demi-frère, demi-sœur n’existent pas. Un peu comme dans nos cultures africaines où le fils de ma tante et la fille de mon oncle ne sont pas pour moi un cousin et une cousine, mais ils sont plutôt pour moi un frère et une sœur. Tel est aussi le cas chez les Israélites ; sinon Jacques, le frère de Jean qui est connu comme le dirigeant de la communauté de Jérusalem et tous deux, fils de Zébédée, ne serait pas appelé par saint Paul en Gal 1 :19 « Jacques, le frère du Seigneur ». Ou bien d’aucuns voudraient me dire que notre Seigneur Jésus Christ était aussi fils de Zébédée ? C’est d’ailleurs pour nous faire comprendre tous que sa parenté à lui, ne se base pas sur le lien du sang, que le Christ stipule ceci : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? (…) celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » Mt 12 :48-50 

Mais tenez-vous bien ! Cette réponse en forme interrogative n’est en aucun cas un rejet de Marie sa mère biologique de la part de Jésus comme le pensent certains soi-disant Chrétiens qui avouent connaitre le Fils et refuse de reconnaître la mère, alors que le Fils lui-même reconnait qu’il n’est pas descendu du ciel avec sa chair humain, mais plutôt par le mystère de l’Incarnation dans les entrailles de la Sainte Vierge Marie.

Frères et sœurs, étant donné que le Christ dans l’évangile de ce jour, nous enseigne aujourd’hui que sa parenté va au-delà du lien sanguin ; Prions-le de nous donner de non seulement nous efforcer à faire la volonté du Père qui est aux Cieux afin de devenir des frères et sœurs de Jésus, mais aussi à également reconnaître et respecter la place de la Sainte Vierge Marie dans l’Eglise, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Rev. Père Elysée KOFFI Banouakon, Sma

Retour à l'Accueil

 

Nos Régions

Newsletter

Soyez informé à temps voulu des communications importantes de votre SMA en vous inscrivant gratuitement à notre newsletter!
Masquer!

Suivez nous

sma tv


Voir la Vidéo